Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/151

Cette page a été validée par deux contributeurs.


rue du Pont de vastes bâtiments, aménagés pour une distillerie, qui ne fonctionnait plus. Les allemands y installent une usine électrique et répartissent cet éclairage dans les chambres d’officiers.

Ils installent également deux piscines pour les officiers et les soldats.


Les jeunes filles se montrent de plus en plus indisciplinées. Rose qui, en pension, excellait à monter des chants, déploie avec entrain ses aptitudes. On m’a raconté que plusieurs fois elle reçut des coups de bâton de l’allemand.

Un jour un groupe d’une trentaine de jeunes filles est condamné à la prison.

Appelé au bureau, je trouve le commandant furieux. Il arpente la salle, il imprime rageusement des vibrations brusques à la cravache qu’il tient en main. « Les filles se moquent de nous !