Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/141

Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’un d’une gaieté interne et l’autre externe. Le coup est réussi.

La semaine suivante nous emportons encore quatre sacs de blé. Cette fois nous prenons un café à Quéant. Mme Capelle retient l’attention du soldat pendant que l’on décharge.

Enfin la troisième semaine, une personne m’avait apporté deux sacs de blé. Michel et moi décidâmes de nous abstenir. Nous fûmes bien inspirés. Les gendarmes nous attendaient à l’arrivée. J’avais justement ma voiture pleine d’emballages. Je vois encore la figure réjouie des gendarmes en nous voyant arriver. Nous eûmes également la satisfaction de voir leur mine déconfite à leur déception.

Cette farine a servi à augmenter la ration quotidienne des habitants.


Vers cette époque, tous les habitants de Neuville, de Mercatel