Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/126

Cette page a été validée par deux contributeurs.


changions nos deux paletots, et nous convenions que je devais acheter : un peu plus grand, ou un peu plus petit que pour moi. Nous agissions de même pour une casquette.

Les femmes s’adressaient à Joséphine.

Le tenancière de l’hotel « Au Nouveau Monde » nous procura, à Joséphine et à moi, à chacun une petite chambre. Quant à Victor, il couchait au fond d’un corridor clos par un gros rideau.

Le trajet de Croisilles à Douai, avec des chevaux mal nourris, était long et parfois bien pénible. J’ai encore présent à la mémoire certains retours, au cours de l’hiver ; il pleuvait, le vent, par rafale, nous projetait contre la figure une pluie glaciale tout le long de la route (28 kilomètres).

Nous eûmes également des incidents de guerre. Il me semble que durant