Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/124

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le feldwebel et les deux interprètes restent au bureau ; ils y resteront jusqu’à notre évacuation. La commandature restera toujours chez Morel.

Le nouveau commandant est hautain, méprisant. Il ne rêve que vexations, souvent mesquines. À toute occasion, il répète : « Vous avez voulu la guerre, vous l’avez. Vous n’avez pas le droit de vous plaindre. » De toute évidence, il est vexé que je ne me plains pas, que je suis indifférent.

Il me retire mon laissez-passer permanent d’un mois. Je dois pour chaque voyage, même pour aller à St Léger demander un laissez-passer.

L’interprète, ou un soldat m’accompagne à chaque voyage, tout au moins pendant quelques mois.

Lorsque je demande, pour Michel et pour moi, un laissez-passer pour