Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/114

Cette page a été validée par deux contributeurs.


les éclats de l’engin se sont enfoncés dans la terre.

J’apprends de suite que la troisième bombe est tombée rue de Boyelles, chez Dupin boulanger. Elle est tombée à vingt cinq mètres de la maison qui fut protégée par une écurie en briques. Mais à cet endroit se trouvait un rouleau en fonte qui fut disloqué. Or une boule ne fut pas brisée ; le déplacement de l’air l’a enlevée et projetée intacte sur le toit de la maison. Je vois cette boule dans le grenier, elle est creuse, pèse quarante à cinquante kilos.

Un soldat m’affirme, à cette occasion, qu’à Rœux, un extirpateur a été enlevé par une bombe et déposé sur le toit d’un hangar. Il m’a promis de me’en procurer la photo, je n’ai pas pu l’avoir. Plus tard, je verrai, sur la Grand’route d’Arras à Bapaume, un de