Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/113

Cette page a été validée par deux contributeurs.


rivent dans ma direction. Je m’arrête à les regarder. J’entends derrière moi une détonation formidable, dont je ne me rends pas compte, car je regardais les avions presque perpendiculairement au-dessus de moi. Je me retourne à cent cinquante mètres de moi, une fumée se dégage au pied du talus. La pature au delà de ce talus est en contrebas. Mais au même moment, les avions sont au-dessus de la gare. Cette fois je vois descendre la bombe. Elle a la forme d’un tres gros et tres grand obus ; des ailes la font tourner et modèrent sa chute. Cette bombe tombe pres de la gare, du côté de St Léger. Une troisième bombe tombe de l’autre côté du village. Je cours à l’endroit où est tombée la première bombe. Elle a fait un trou d’un mètre de profondeur à la naissance du talus. De mon côté