Page:Carnet de guerre n°1 d'Alexandre Poutrain.pdf/129

Cette page a été validée par deux contributeurs.


elle est partit cherchant à passer les lignes. Elle a couché chez nous, elle est repartie le lendemain. En ce temps là, il paraît que l’on pouvait encore passer par la Belgique et la Hollande.

En 1920, j’ai reçu une lettre de cette dame. Elle ⁁avait réussi à passer les lignes, elle ⁁avait repris du service dans les ambulances. Son fils unique fut tué en combat aérien en 1917, son mari devenu général eut un accident mortel en sortant des tranchées en 18.

De bonne heure un matin, un allemand me conduit au bureau chez Morel. Un officier me demande qu’elle est la population de Croisilles. Je réponds que nous sommes 1050. — C’est inexact. Il me fait entrer dans la salle voisine, je vois accrochée au mur, la carte du Pas de Calais. Elle ⁁indique uniquement le nom des communes et au dessous le chiffre de la population au dernier recensement.

Puis il m’emmène chez Mlle