Page:Cario - Regismanset - La Pensee francaise.djvu/459

Cette page n’a pas encore été corrigée



JEANNE LANDRE


Jeanne Landre, née à Montmartre, outre ses maximes, a écrit de nombreux ouvrages pleins de talent et d’originalité. Parmi les principaux citons : La Gargouille ; Échalote et ses amants ; Puis, il mourut ; L’amant qui s’ignore ; Bob et Bobette ; Madame Poche ; Où va l’amour ; romans ; Le doigt dans l’œil, recueil de contes et une fort intéressante étude sur Gavarni.


— Les intellectuelles ont mille raisons d’aimer les imbéciles.

— Près d’une virago, l’amant a l’air de son parapluie.

— Il est des gens dont la figure appelle le coup de pied.

— Pour certaines femmes, se donner à un homme c’est une façon de lui dire bonjour.

— Il y a quelque chose de répugnant à entendre les vieux ménages parler de leurs rapports sexuels. Il semble que, passé un certain délai de cohabitation, la volupté soit anormale.

— Il y a des baisers d’une volupté si complète que c’est folie de parachever l’expérience.

— La femme qui n’est pas mère se voudrait celle de son amant.