Ouvrir le menu principal

Page:Cammaerts - Les Bellini, Laurens.djvu/32

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
28
LES BELLINI.

nue et l’exubérance inconsciente de simples artisans. L’Italie se prévaut de plus grands génies ; elle n’a pas connu de plus beaux peintres.

IV

JACOPO BELLINI.

En 1424, le jeune Jacopo, comme en témoigne le testament paternel, avait déjà entamé son patrimoine. D’autre part, vers 1430-1440, sa célébrité avait dépassé les frontières de Venise et il était successivement appelé à Vérone et à Ferrare. On peut donc, selon toute vraisemblance, fixer la date de sa naissance vers 1400.

Le père de Jacopo, Niccolo Bellini, exerçait, à Venise, le métier de potier d’étain, « d’estamyer », comme on disait jadis. Mais l’atelier d’un chaudronnier ne différait guère, à cette époque, de celui d’un peintre, et le jeune Jacopo pouvait, sans sortir de son milieu, s’instruire dans les premières botteghe de Venise.

Le seul artiste de quelque valeur, travaillant de 1400 à 1415, était Jacobello del Fiore. Outre le Couronnement de la Vierge, on possède de lui une fresque intéressante. La Justice entre saint Michel et saint Gabriel, actuellement à l’Académie [1].

  1. Cette œuvre révèle, parle traitement des armures et par la légèreté des draperies, l’influence de Gentile da Fabriano et de Pisanello. Elle est d’ailleurs, comme les autres tableaux attribués à Jacobello, postérieure au