Ouvrir le menu principal

Page:Calvat - Vie de Mélanie, bergère de la Salette.djvu/97

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
37
VIE DE MÉLANIE

voudriez la béatitude sur la terre, le rassasiement ; l’amour consommé est la plénitude de l’amour, c’est l’état des bienheureux dans le ciel des cieux. Vous êtes voyageuse, combattez comme Jésus-Christ a combattu et vous arriverez à votre fin. Sachez, ma fille, que Jésus-Christ avait deux volontés, l’humaine et la divine, et que par amour pour le genre humain, il rejeta toujours l’humaine et fit toujours la volonté divine. Abandonnez-vous en tout dans les mains de votre créateur et sauveur par une foi vive, bien persuadée qu’il veille tout particulièrement sur le prix de son sang qui est d’une valeur infinie en vertu de sa divinité. » Oh ! comme je me sentais en repos quand je m’abandonnais totalement dans les mains de mon plus grand Bien, étant sûre qu’il veillait avec un soin particulier sur le prix de son précieux Sang.

Un jour, pensant à l’amabilité de mon souverain Bien et à tant de bienfaits que j’avais reçus de Lui sans aucun mérite de ma part, je me préoccupais sur quelle sorte de pénitence ou de réparation je pourrais faire pour contenter mon Divin Maître, et tout ce à quoi je pensais me paraissait choses de rien. Alors comme sans âme