Ouvrir le menu principal

Page:Calvat - Vie de Mélanie, bergère de la Salette.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XXXIII
INTRODUCTION

pouvez plus rien pour lui. Le moment serait donc venu de périr.

Puisque le salut de la multitude est impossible, il faudra bien vous contenter des quelques âmes douloureuses qui se souviennent encore de vous et qui ne demandent pas mieux que d’être sauvées. Ah ! elles ne sont pas nombreuses et n’appartiennent pas aux grands de ce monde ! On peut même dire qu’elles sont les plus humbles et les plus cachées. Il est digne de vous d’en faire ce que vous avez fait de Mélanie, dans son enfance d’abord, ensuite jusqu’à la fin de sa vie : des prodiges de souffrance et des monstres de grandeur. Elles seront ainsi comme des parties de vous-même et réaliseront avec vous la Rédemption qui ne peut être consommée que par votre Époux, lorsque les chrétiens seront tombés assez bas pour lui décerner l’Ignominie inconnue.


V


Marie est le Paradis terrestre, je ne le dirai jamais assez. Mais qu’est-il donc, ce paradis ter-