Ouvrir le menu principal

Page:Calvat - Vie de Mélanie, bergère de la Salette.djvu/36

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XXVIII
VIE DE MÉLANIE

à Dieu, selon toute la perfection du Désir divin. Et cette parfaite et manifeste réussite de la Rédemption, c’est la Sainte Vierge.

« Voilà pourquoi Dieu avait besoin d’Elle. Il ne fallait pas que son Sang fût inutile. Après cela, tout peut venir : crimes, schismes, mensonges, fornications, abominations — et même imperfections et infidélités chez les saints. La Rédemption a réussi du premier coup, une fois pour toutes. La Sainte Vierge répond à tout, compense tout, vaut plus que tout. »

C’est le christianisme intégral, absolu, dans sa splendeur. Sans doute la Sainte Vierge vue ainsi, pensée ainsi, est inimaginable. Cependant Elle pleure à la Salette, Celle que toutes les générations doivent appeler Bienheureuse. Elle pleure comme Elle seule peut pleurer, Elle pleure des larmes infinies sur toutes ces prévarications énumérées et sur chacune d’elles. Elle en est donc atteinte au sein même de sa Béatitude. La raison s’y perd. Une béatitude qui « souffre » et qui pleure ! Est-il possible de le concevoir ?

— Si quelque chose vous manque, ô Marie, dites-le-nous. Dites-le à vos pauvres. Eux seuls