Ouvrir le menu principal

Page:Calvat - Vie de Mélanie, bergère de la Salette.djvu/341

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
281
VIE DE MELANIE

qu’elle se retrouva (elle avait appelé sa maman à son secours). Elle vit la chapelle toute éclairée par je ne sais quoi. Elle s’approche et admire ; cette lumière était très grande et très éblouissante. Enfin, après avoir un peu admiré, elle fait deux pas pour se remettre en route, lorsque, fort étonnée, elle voit la lumière sortir de la chapelle et environner la Solitaire et l’accompagner jusqu’aux premières maisons, où elle disparut. Les maîtres de la Solitaire furent stupéfaits de la voir arriver ce jour-là si tard et lui demandèrent si elle n’avait point eu peur. Elle dit que non, mais elle se garda bien de raconter ce qui lui était arrivé.

Puis arriva la grande apparition de la Sainte Vierge dont l’histoire est connue ; mais je vais seulement donner quelques petits détails qui ne sont peut-être pas connus. La Sainte Vierge a fait baiser plusieurs fois à la petite bergère la croix que la Sainte Vierge avait sur la poitrine. Sur cette croix était un bien joli christ ; ce Christ paraissait quelquefois avoir le mouvement. Cela dépendait de ce que disait la Sainte Vierge. Quelquefois la tête de Notre-Seigneur se levait, ouvrant les yeux, et avait l’air de faire de fortes menaces, d’autres fois il ne remuait pas, mais il regardait avec bonté et le sang coulait de ses plaies. Ce sang était très brillant et disparaissait avant d’être à terre. La bergère continua à garder ses troupeaux environ deux mois après l’apparition de