Ouvrir le menu principal

Page:Calvat - Vie de Mélanie, bergère de la Salette.djvu/297

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
237
VIE DE MÉLANIE

Seigneur trois ans avant le crucifiement ; il fut aux Limbes annoncer la salutaire nouvelle de la Rédemption prochaine. À la mort sur la croix de notre très amoureux Sauveur, saint Joseph ressuscita avec son corps, mais invisible au public, et, le jour de l’Ascension, il entra dans la gloire des bienheureux avec notre Vainqueur Jésus-Christ. Il n’est pas nécessaire que je dise que toutes les âmes qui étaient aux Limbes, en étant sorties, restèrent sur la terre, faisant cortège à Notre-Seigneur pendant les quarante jours qu’il passa encore sur la terre pour affermir la foi chez les Apôtres, les disciples et le petit nombre des croyants ; tout le monde sait cela. J’ai oublié de dire que saint Joseph a pratiqué toutes les vertus dans leur héroïsme ; qu’il est le patron de la bonne mort et qu’il est toujours exaucé par Celui qui fut son Fils.

Après être restée plusieurs jours encore dans la solitude, mes chers maîtres étant revenus, tous les soirs je faisais fâcher mon patron parce que je ne voulais pas lui obéir. Le dimanche qui suivit leur retour, mon père qui avait su par les voisins et par Henri ce qui se passait, me fit dire de revenir. Mes patrons s’opposaient à ce que je les quittasse avant la fin de l’année,

17