Ouvrir le menu principal

Page:Calvat - Vie de Mélanie, bergère de la Salette.djvu/272

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
212
VIE DE MÉLANIE

obéissaient, je me dis : « Puisque mon très amoureux Jésus, par le saint Baptême m’a faite enfant de Dieu, et que, par sa parole infaillible, par son sang il a effacé tous mes péchés, je puis donc au nom des mérites de son sang précieux, ordonner à mes vaches de rester tranquilles quand je les attache ou détache ». Arrivée à l’écurie, je les attachai sans peine. Gloire à Dieu et à sa miséricorde ! Je désirai d’un grand désir cette même belle union avec mon crucifié cher Jésus et l’uniformité effective à son adorable et toujours aimable volonté.

L’heure de se mettre au lit étant venue, mon patron dit : « Qui ne sera pas au lit dans trois minutes, je lui brise les os ! » Après un instant la fille me dit : « Vous ferez votre prière demain : venez vous mettre au lit : tenez, voyez, comme vous serez bien séparée, j"ai mis une planche. » Je regarde : une étroite planche d’environ un palme de largeur était posée sur le lit. Je dis : « Sachez que je ne me mets pas au lit, je dois obéir à mon Dieu. » On fit un moment de silence.

«Oh ! Mon très amoureux Jésus, faites que je vous aime effectivement ! Oui, oui, je sens que je vous aime ; et c’est à présent que vous