Ouvrir le menu principal

Page:Calvat - Vie de Mélanie, bergère de la Salette.djvu/248

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
188
VIE DE MÉLANIE

troduits dans un souterrain où les âmes souffrantes qui avaient les suffrages furent entièrement lavées de leurs taches. Douze âmes furent délivrées du purgatoire : deux évêques, sept prêtres, une vierge et deux pères de famille. Tout soit dit pour la plus grande gloire de Dieu.

Tout en rendant grâce à notre Créateur pour toutes les grâces qu’il accorde à ses créatures, je me disais que sa bonté, sa charité, son grand amour ne devaient pas être connus, car il serait aimé de tous les hommes sans exception. L’attribut de sa justice veut son droit : toute âme qui en sortant de ce monde n’est pas sans tache est incapable de voir face à face la Majesté divine, et demande elle-même le bain de la purification qui a lieu immédiatement. Cette âme dans le purgatoire voit son ange gardien qui ne la quitte point. Elle aime Dieu parfaitement et comme elle est parfaitement résignée, uniformée à la volonté divine, elle adore, elle aime la très juste Justice du Très-Haut ; elle ne prie Dieu ni pour elle ni (tant qu’elle est encore dans le feu) pour les autres ; car elle est dans un état d’humiliation[1]. Dieu dont l’amour est incompréhensible

  1. « Cependant on obtient des grâces par l’intercession des âmes les plus délaissées ? — Mon Père, avant que cesse