Ouvrir le menu principal

Page:Calvat - Vie de Mélanie, bergère de la Salette.djvu/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
176
VIE DE MÉLANIE

Dieu ne nous défend pas d’aimer notre prochain, au contraire il nous le commande ; nous devons aimer notre prochain, quel qu’il soit, amis ou ennemis, pour le pur amour de Dieu, comme son image. Nous devons aimer Dieu en premier lieu, par-dessus tout, de tout notre cœur, de toutes nos forces ; et après le culte intérieur passer au culte extérieur de notre sainte Religion : observer les dix commandements, fréquenter l’église avec respect, prier avec humilité.

Me sentant attirée vers mon Amour, et voyant que malgré mes efforts j’étais toujours au même point je dis : « Seigneur, mon Dieu, c’est en vain que je fatigue pour me détacher et pour arriver à l’union avec mon Tout ; par pitié, par miséricorde renouvelez ce cœur qui vous appartient ; je veux vous aimer avec votre cœur qui est seul capable de vous aimer infiniment. » À ces paroles, mon Jésus sortit de sa sacrée poitrine une épée rougie par le feu et toute flamboyante en disant : « Ce cœur est déformé, je vais le refaire selon mon goût. » Avec l’épée il l’ouvrit, non par le côté, mais par le haut : mon cœur s’ouvrit en deux comme un livre, et avec la pointe de l’épée enflammée il y fit un certain nombre de croix