Ouvrir le menu principal

Page:Calvat - Vie de Mélanie, bergère de la Salette.djvu/219

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
159
VIE DE MÉLANIE

qui était dans une petite boîte, et faites la emprisonner. » — « Dans une petite boîte ? dit mon père ; l’anneau était-il dans la boîte ?… Il me semble, ajouta-t-il, d’avoir pris cette boîte que j’ai trouvée parmi les verres dans l’armoire (ce n’était pas sa place), je la pris et la mis dans le tiroir des mouchoirs ; regardez bien. » Il alla lui-même la prendre où il l’avait mise, il l’ouvrit et y trouva l’anneau. Il fit quelques reproches à ma pauvre mère. Je fus donc ainsi privée de la bénédiction des humiliations jusqu’au bout, ce fut ma chère mère qui de nouveau souffrit à cause de moi.

Un jour, avant de partir pour son travail, mon père me donna à faire des chemises pour moi. Quand il fut parti ma mère s’en déplut (parce qu’elle savait que j’en avais assez), elle me défendit de les coudre et me dit que ce n’était pas à son mari de s’intriguer d’une folle comme moi, qu’on voyait bien que je l’avais enchanté avec mes bigotteries ; mais que bientôt elle me mettrait au service de maîtres qui sauraient me corriger… Elle oublia sans doute que j’avais été promise à ma maîtresse de l’année précédente ; quoi qu’il en soit, ma pauvre et chère mère avait à souffrir de moi et à cause de