Ouvrir le menu principal

Page:Calvat - Vie de Mélanie, bergère de la Salette.djvu/182

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
122
VIE DE MÉLANIE

aux très saints Noms de Jésus et de Marie.

Les loups venaient ordinairement ensemble à l’heure fixée, les renards venaient ensemble ainsi que les lièvres, les chamois et les oiseaux. (Un serpent vint aussi, mais fut renvoyé.) Une fois arrivés, chacun de ces animaux prenait la place qui lui avait été assignée et écoutait. Puis dès qu’ils entendaient la fin qui était à peu près celle-ci : Sit nomen Domini benedictum ! ils faisaient les fous : surtout les renards faisaient des espiègleries à leurs confrères loups : ils les mordaient à l’oreille, à la queue ; ils donnaient des tapes avec leur patte aux lièvres et les faisaient rouler ; ils tiraient en arrière les petits chamois par leur petite queue, etc. Dès que je leur disais de se retirer, tous partaient. Oh ! combien j’ai été ingrate envers mon amant Jésus ! Je me récréais avec des animaux, et je laissais mon Bien de m’entretenir avec mon Tout. Eh ! que de fois dans mon examen, je me suis demandé si en cela je n’avais pas préféré ma volonté à l’adorable volonté de mon très amoureux cher Jésus. Selon la raison humaine, oui, il me semblait que j’avais bonne intention, mais cette bonne intention humaine ne glorifie pas Dieu surhumain et sa récompense sera humaine aussi.