Ouvrir le menu principal

Page:Calvat - Vie de Mélanie, bergère de la Salette.djvu/166

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
106
VIE DE MÉLANIE

Il répondit : « Nous lui donnerons à boire et nous la parerons comme une épouse. » Puis il lui souffla trois fois dans la bouche, il regarda dans sa bouche de tous côtés, la lui ferma, puis lui mit un collier garni de brillants, ensuite il lui tira cinq plumes et la guérit avec sa salive, enfin il sortit de sa poitrine un timbre [un sceau] qu’il appliqua sur la poitrine de la colombe et me dit : « Sœur de mon cœur, êtes-vous contente à présent ? » — « Oui, mon Frère amant, je suis contente de toutes vos opérations, mais je n’y vois pas la croix. » — « La croix, me dit-il, je l’ai mise dedans et dehors ; à présent nous y mettrons le préservatif. » Cela dit, il prit de sa poitrine un certain nombre d’épines et une à une il les mettait et les appliquait autour de la colombe. Surprise de cela, je lui dis : « Mon amour, que faites-vous, que faites-vous là ?… C’est donc votre volonté que je produise des épines pour le feu ?… » — « Non, non, ma sœur, voyez bien » Et il me fit voir, observer que les épines non seulement ne prenaient pas racine, mais qu’elles ne touchaient pas même le duvet de la colombe et que ces épines sont le préservatif de la colombe. Je remerciai de cœur mon cher Jésus qui daigna me bénir et je repris l’usage de mes facultés.