Page:Calderón - Théâtre, trad. Hinard, tome II.djvu/53

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
43
JOURNÉE II, SCÈNE IV.

mon maître ne soupçonne rien, car au lieu de venir de ce côté, il est entré dans son cabinet.


béatrix.

Ah ! Inès, quelle peine !


Entrent DON CARLOS et DON JUAN.

don juan.

Oui, Carlos, ainsi que je vous le disais, j’étais au moment de rentrer lorsque j’ai vu un homme me précéder dans la maison. Veuillez m’attendre dans la rue, et veillez sur la porte et les fenêtres. Que personne ne sorte !…


don carlos.

Vous pouvez être tranquille, don Juan… comptez sur moi.

Il sort.

don juan.

Béatrix ?


béatrix.

Mon frère ?


don juan.

Que faisiez-vous là ?


béatrix.

J’étais ici avec Inès.


don juan.

Fort bien.


béatrix.

Où allez-vous ?


don juan.

Chez moi. Ne puis-je aller où il me plaît ?


béatrix.

Sans doute ; mais cependant… il est singulier…


don juan.

Éloignez-vous.


béatrix.

Vous me parlez d’un ton auquel vous ne m’avez pas habituée…


don juan.

Ôtez-vous de là.


béatrix.

Quel affreux malheur !


don diègue, à part.

Il vient par ici… mais cette chambre a une autre issue. Voyons si je ne trouverai pas un refuge plus sûr.


don juan.

Cette fois mes doutes vont cesser.

Il entre dans la chambre où était don Diègue.

béatrix.

Hélas ! il a mis l’épée à la main pour entrer dans cette chambre.