Page:Calderón - Théâtre, trad. Hinard, tome II.djvu/52

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
42
LE PIRE N’EST PAS TOUJOURS CERTAIN.


don diègue.

Je ne l’ai jamais espéré ; je savais trop que mon peu de mérite ne pouvait pas élever si haut ses prétentions.


béatrix.

Il est vrai, et aujourd’hui moins que jamais.


don diègue.

Pourquoi donc, madame ?


béatrix.

Parce que des outrages ne sont point des titres à l’amour.


don diègue.

Permettez-moi de dissiper vos soupçons.


béatrix.

Cela ne vous sera pas facile.


don diègue.

Peut-être.


béatrix.

Don Diègue, l’heure est hasardeuse, la porte ouverte, mon bonheur douteux. — Allez-vous-en, ne me perdez pas.


don diègue.

Non, non, je ne laisserai pas échapper une occasion si favorable. Veuillez d’abord m’entendre, et puis je pars.


béatrix.

Inès, veille à cette porte. — Puisqu’il faut que j’achète à ce prix votre départ, je vous écoute.

Inès sort.

don diègue.

Eh bien ! belle Béatrix, lorsque je partis de Valence…


Entre INÈS, tout effrayée.

inès.

Ah ! madame !


béatrix.

Qu’est-ce donc ?


inès.

C’est mon maître !


béatrix.

Quel malheur !


inès.

Allons, qu’attendez-vous ? Nous avons le refuge de cette nuit ; il peut nous sauver encore.


don diègue, se cachant.

Fut-il jamais un amour plus contrarié ?


béatrix.

Fut-il jamais une étoile plus funeste ?


inès.

Du courage, madame ! n’ayez pas peur, ne vous troublez pas…