Page:Calderón - Théâtre, trad. Hinard, tome II.djvu/151

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
141
JOURNÉE III, SCÈNE I.

allât à ma place. Je devrais donc l’en empêcher aujourd’hui, et j’espère qu’un autre jour…


lidoro.

Vous paraissez bien agité ?


don césar.

Vous ne voulez point l’appeler ?


lidoro.

Non.


don césar.

Vous ne voulez point me permettre de le suivre ?


lidoro.

Pas davantage.


don césar.

Eh bien ! alors, pour Dieu ! suivez-le, car il a un défi.


lidoro.

Don César ?… Pour quel motif ?


don césar.

Je l’ignore.


lidoro.

Et où a-t-il reçu ce défi ?


don césar.

Je l’ignore également.


lidoro.

Attendez-moi donc là, et je cours après lui en recommandant qu’on vous garde.

Il sort.

don césar.

Que penseront de moi, grand Dieu ! les duellistes raffinés[1] ? Serai-je approuvé ou blâmé par eux ?… Considéreront-ils que dans cette circonstance délicate c’était moi qui devais me battre, qu’il voulait se battre en mon lieu et place, et qu’ainsi je pourrais reprendre mon droit ? d’autant que cette feinte va bientôt cesser ; car à la fin doña Violante…


Entre DOÑA VIOLANTE.

doña violante.

J’entre ici, don César, dans un heureux moment, profitant de ce que doña Serafina se promène au jardin ; je vous ai entendu prononcer mon nom, et quels que soient vos sentimens, je me réjouis que vous pensiez à moi !


don césar.

Ces sentimens, madame, je n’ai pas besoin de vous le dire. Ils sont tels qu’ils doivent être pour une femme dont la conduite envers moi a été si perfide.

  1. Le duelliste espagnol (duelista) était un homme qui faisait profession de savoir toutes les lois sur le duel.