Page:Calderón - Théâtre, trad. Hinard, tome II.djvu/127

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
117
JOURNÉE II, SCÈNE I.

tous les ménagemens compatibles avec mes devoirs. Nous arrangerons l’affaire à l’amiable. Pour être intendant de la justice, je n’en suis pas moins cavalier, et je sais que ce sont de nobles fautes que celles que l’amour fait commettre. Dites-moi donc, je vous prie, où est cette dame ; j’irai la chercher, je lui offrirai ma maison pour asile, et j’espère que mon entremise ne sera pas inutile à votre bonheur.


don césar.

Il n’est personne, seigneur, en qui ma confiance fût mieux placée qu’en vous ; et si je savais où est la dame dont vous voulez parler, vive Dieu ! je vous le déclarerais sur-le-champ. Mais je vous le répète, vous êtes dans l’erreur, et don Félix n’a eu aucune aventure de ce genre.


lidoro.

S’il y a erreur, comme vous l’assurez, je vais m’efforcer de le découvrir. Cependant, si je ne dois pas vous arrêter, je ne puis pas non plus vous laisser libre. Attendez-moi là tous deux. (À don Félix.) Je vous confie votre ami, vous m’en rendrez compte. Je vais de ce pas mettre la police en campagne, et j’espère que bientôt elle m’aura trouvé cette dame.

Il sort.

don césar.

Comprenez-vous rien, don Félix, à ce qui nous arrive ?


don félix.

Je serais fier de ma sagacité si je pouvais y deviner quelque chose.


don césar.

Que j’aie pénétré dans la maison et enlevé sa fille, passe encore ; mais que je sois don Félix et que j’aie enlevé doña Violante, voilà ce que je ne puis m’expliquer.


don félix.

Et je ne m’explique pas davantage qu’on me traite aussi bien me prenant pour don César, et qu’on vous arrête comme don Félix.


don césar.

Quoi ! c’est à ma considération qu’il vous traite aussi bien ?


don félix.

Oui ; il a voulu absolument que je logeasse chez lui, parce qu’il m’a cru don César.


don césar.

Et moi, il m’arrête parce qu’il me croit don Félix !


don félix.

Entrons là, où nous pourrons causer plus à notre aise, et lâchons de pénétrer comment lorsque je suis si bien traité sous votre nom, vous, vous êtes arrêté sous le mien. — Il faut que cela tienne au bonheur et au malheur du nom !

Ils sortent.