Page:Calderón - Théâtre, trad. Hinard, tome II.djvu/121

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
111
JOURNÉE II, SCÈNE I.


lisardo.

Quelle rigueur !… mais elle ne me découragera pas.


doña serafina.

Que voulez-vous dire ?


lisardo.

Je veux dire, madame…


doña serafina.

Achevez !…


lisardo.

Que quelque jour vous-même vous me vengerez de vous.


doña serafina.

Je ne vous comprends pas ; et rendez-en grâces au ciel, car si je vos comprenais… Mais quelle folie à moi de me fâcher ! — Allez avec Dieu, cavalier ; et puisque nous avons tous deux besoin de don César, allez le chercher, et ce sera lui qui me vengera de vous.

Elle sort.

lisardo.

Quand donc, Flora, mon amour pourra-t-il triompher de tant de rigueurs ?


flora.

Vous ne rougissez pas, cavalier perfide, de m’adresser la parole ?


lisardo.

Eh quoi ! vous aussi, Flora, vous m’en voulez ?


flora.

Est ce que lorsque vous enleviez ma maîtresse, vous n’auriez pas dû m’enlever moi aussi, par politesse, quand bien même j’eusse été une négresse ?

Elle sort.

lisardo.

« Nous avons tous deux besoin de don César ; allez le chercher, et ce sera lui qui me vengera de vous. » Par ces mots, doña Serafina s’est trahie, et elle a presque taxé de lâcheté ma conduite avec don César… N’est-ce pas affreux ? Lorsque j’ai pris un autre nom et me suis donné une autre patrie pour me venger plus sûrement, dois-je aller ainsi imprudemment me découvrir ? Ne dois-je pas au contraire dominer tous les mouvemens qui pourraient compromettre ma vengeance ?… Mais, vive Dieu ! avant de savoir qui je suis, on saura, lorsque nous nous battrons corps à corps dans le champ… Mais voici don César.


Entre DON FÉLIX.

don félix.

Qu’y a-t-il pour votre service, seigneur cavalier ?


lisardo.

Le prince mon seigneur m’envoie savoir comment vous avez passé le nuit.