Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/513

Cette page a été validée par deux contributeurs.


lui, que Brahma, l’Être unique, qui na pas de qualités et qui est la science même, apparaît sous la forme d’objet, avec les propriétés du son et des autres attributs,

29. Sous les formes de l’Intelligence, du Moi qui est triple, des cinq [éléments], de l’âme, des onze [sens], de l’œuf [de Brahmâ], ce corps de l’âme, [de ces principes enfin] d’où est sorti l’univers.

30. C’est là ce que reconnaît, à l’aide de la foi, de la dévotion, et de la pratique constante du Yôga, un esprit recueilli, affranchi de tout contact et libre d’attachement.

31. Je viens de t’exposer, femme respectable, cette science qui est la vue de Brahma, science au moyen de laquelle on reconnaît la véritable essence de la Nature et de l’Esprit.

32. Le Yoga de la science, qui anéantit les qualités, comme celui de la dévotion, qui se porte sur moi, ont également pour objet l’Être que désigne le nom de Bhagavat.

33. De même qu’une substance unique qui est le réceptacle de beaucoup de propriétés diverses, paraît multiple lorsqu’elle passe par les-portes des divers organes des sens, ainsi Bhagavat [est conçu sous diverses formes], suivant les diverses doctrines.

34. Les œuvres méritoires, les sacrifices, les aumônes, les mortifications, la lecture et l’explication des Vêdas, l’empire qu’on exerce sur son cœur et sur ses sens, le renoncement au fruit des œuvres,

35. La pratique du Yoga dont les procédés sont divers, ainsi que celle du Yoga de la dévotion, l’accomplissement du devoir dont le caractère est double, l’action et l’inaction,

36. La connaissance de la nature de l’Esprit, l’affranchissement durable de toute passion, ce sont là les divers moyens qui conduisent à la possession de Bhagavat, qui est à la fois revêtu et privé de qualités, et qui est lumineux par lui-même.

37. Je t’ai exposé la véritable forme du Yoga de la dévotion, dont on compte quatre espèces, et celle du Temps qui court au milieu des hommes sans qu’on s’aperçoive de sa marche,

38. Ainsi que les nombreuses migrations de l’âme individuelle,