Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/508

Cette page a été validée par deux contributeurs.


36. Le Pradjâpati [Brahmâ] ayant vu sa fille, fut épris de sa beauté ; et comme elle s’était changée en biche, il n’eut pas honte de prendre la forme d’un cerf pour la poursuivre.

37. Parmi les êtres créés par ceux que produisirent les sages qui tirent de Brahmâ leur origine, quel homme, si ce n’est le Rĭchi Nârâyaṇa, conserva-t-il jamais son cœur inaccessible à l’illusion dont les femmes sont la cause ?

38. Vois la puissance de la Mâyâ dont je dispose, de cette femme qui, par le seul mouvement de ses sourcils, attache à ses pas les vainqueurs des points de l’horizon.

39. Que celui qui veut atteindre à l’autre rive du Yoga, et qui est parvenu jusqu’à l’Esprit en me rendant un culte, ne s’attache jamais aux femmes, qui sont pour lui la porte de l’Enfer.

40. Cette Mâyâ créée par un Dieu, qui s’avance lentement sous la forme d’une femme, qu’il la regarde comme la mort [et comme aussi dangereuse pour lui qu’] une fosse recouverte d’herbes.

41. Cette Mâyâ qui prend aussi la forme d’un homme, et que l’Esprit, quand, par suite de son attachement pour les femmes, il est revenu partager leur condition, regarde, dans son erreur, comme un mari qui donne des richesses, des enfants, une maison ;

42. Cette Mâyâ, dis-je, qu’il la considère comme la mort qui, avec un mari, des enfants et une maison, lui est envoyée par le Destin : c’est pour lui comme la voix du chasseur pour le gibier.

43. L’Esprit, avec un corps [subtil] fait pour [servir d’enveloppe à] l’âme individuelle, passant d’un monde dans un autre, y jouit et s’y livre à l’action sans s’arrêter jamais.

44. [L’enveloppe subtile de] l’âme suit l’Esprit ; le corps est formé par les éléments, les sens et le cœur. L’anéantissement de ces deux substances est la mort de l’âme ; leur apparition est sa naissance.

45. Quand l’organe, siège de la perception de l’objet, est incapable de voir, c’est là la mort ; la naissance, c’est la vue de l’objet, laquelle résulte de ce que le sujet dit, [de la perception :] « C’est moi. »

46. De la même manière, quand il y a pour les yeux impuissance de voir les parties des objets, alors cette impuissance existe aussi