Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/507

Cette page a été validée par deux contributeurs.


autre qu’elle, quand on lui présente ce qu’il ne veut pas, il est incapable de le refuser.

26. Étendu sur un lit malpropre et sali par la vermine, il ne peut ni se gratter le corps, ni se dresser, ni marcher, ni s’asseoir.

27. Les taons, les moustiques, les punaises et les vers piquent, comme si c’était leur pâture, cet être dont la peau est si tendre, qui pleure, et qui a perdu la science.

28. Après avoir ainsi passé son enfance, et souffert des malheurs de la jeunesse, tourmenté par le chagrin de ne pas obtenir ce qu’il veut, en proie aux accès d’une colère qu’enflamme l’ignorance,

29. Animé par un orgueil et par un emportement qui croissent avec son corps, il lutte, emporté par la passion, contre ceux qui en sont également les esclaves, jusqu’à se détruire lui-même.

30. Au milieu d’un corps qui est le produit des cinq éléments, l’âme individuelle, ignorante et insensée, s’attachant à ce qui n’a pas d’existence réelle, pense sans cesse au moi et au mien.

31. C’est pour ce corps qu’elle se livre aux œuvres par lesquelles ce corps, une fois qu’il en est enchaîné, est rappelé de nouveau dans le monde, où il suit dans sa marche l’âme à laquelle il fait éprouver de la douleur, parce qu’il est lié par l’ignorance et par l’action.

32. Si, s’abandonnant de nouveau, pendant son voyage, aux désirs coupables de son ventre et des parties les plus honteuses de son corps, l’homme se livre au plaisir, il est, comme auparavant, plongé dans les ténèbres.

33. Les hommes dans la société desquels périssent les vertus, telles que la véracité, la pureté, la compassion, le silence, la raison, la pudeur, la prospérité, la gloire, la patience, la quiétude, la continence et la grandeur ;

34 : Ces hommes inquiets, insensés, méchants, misérables, qui se trompent sur ce qu’est leur âme, qui sont avec les femmes comme la gazelle qui leur sert de jouet, on doit éviter de les fréquenter.

35. Non, aucun autre commerce n’enchaîne et n’égare autant l’homme que le commerce des femmes, et que celui des hommes qui ont pour elles de l’attachement.