Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/495

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE XXIX.

LE YOGA DE LA DÉVOTION.


1. Dêvahûti dit : La définition de l’Intelligence et des autres principes, et celle de la Nature et de l’Esprit, définitions qui font connaître d’une manière fondamentale la nature propre de ces éléments,

2. Viennent de m’être données conformément au système Sâm̃khya ; expose-moi maintenant en détail la voie du Yoga de la dévotion, qu’on dit être l’objet de l’énumération des principes.

3. Indique-moi, ô Bhagavat, les diverses routes de l’existence pour ce monde mortel, afin que l’homme puisse s’affranchir d’une manière complète de tout attachement.

4. Expose-moi la nature du Temps, de cette forme du souverain Seigneur, qui n’est autre que toi, toi l’Être supérieur aux êtres les plus élevés, et à cause de qui les hommes pratiquent la vertu.

5. Car tu as apparu comme le soleil du Yoga pour éclairer l’homme aveugle qui croit se trouver dans ce qui n’existe réellement pas, qui sommeille depuis longtemps au sein d’une obscurité profonde, et que fatiguent ses pensées attachées à l’action.

6. Mâitrêya dit : Le grand solitaire ayant accueilli avec joie les belles paroles de sa mère, lui répondit, ému de compassion.

7. Bhagavat dit : Le Yoga de la dévotion , ô ma mère, se divise en autant d’espèces que les hommes prennent de moyens de le pratiquer ; or, les inclinations des hommes sont aussi variées que les natures individuelles avec leurs qualités diverses.

8. L’homme emporté et croyant à la distinction, qui dans des pensées de violence, d’hypocrisie ou d’envie, me témoigne de l’affection, est un être livré aux Ténèbres.

9. L’homme attaché à la distinction, qui songeant aux objets