Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/469

Cette page a été validée par deux contributeurs.


cygne, se rendit dans la région qui s’élève au-dessus des trois cieux, avec Nârada et les Kumâras.

21. Quand le Dieu auquel on offre cent sacrifiées fut parti, Kardama, se conformant à ses conseils, donna, comme cela lui avait été dit, ses filles aux créateurs de l’univers.

22. Il donna Kalâ (la seizième partie du diamètre de la lune) à Marîtchi, Anasûyâ (celle qui est exempte d’envie) à Atri, Çraddhâ (la Foi) à Ag̃giras, Havirbhû (la Terre de l’offrande) à Pulustya,

23. À Pulaha il donna Gati (la Marche), qui était faite pour lui, et à Kratu, la vertueuse Kriyâ (la Cérémonie) ; à Bhrĭgu, Khyâti (la Renommée), et à Vasichṭha, Arundhatî (celle qui n’empêche pas les bonnes œuvres).

24. À Atharvan il donna Çânti (la Quiétude), par laquelle est développé le sacrifice ; et par ces mariages, il combla de joie ces chefs des Brâhmanes et leurs femmes.

25. Ensuite les Rǐchis, ô guerrier, ayant pris congé de lui avec les femmes qu’il leur avait données, partirent, la joie dans le cœur, chacun pour le lieu de son ermitage.

26. Quant à Kardama, ayant reconnu que l’Être qui paraît dans les trois Yugas, que le chef des Dieux, était descendu en ce monde, ce sage abordant le Dieu en secret, lui parla en ces termes, après s’être incliné devant lui.

27. Kardama dit : Ah ! les Dêvatâs témoignent enfin ici de la bienveillance aux créatures que leurs péchés consument depuis si longtemps dans l’Enfer [de l’existence],

28. Celui dont les ascètes, à l’aide de la méditation profonde du Yoga qu’ils ont perfectionnée durant de nombreuses existences, cherchent à voir la forme dans les lieux solitaires ;

29. Cet Être, qui est Bhagavat lui-même, sans faire attention à notre bassesse, vient de naître dans une famille vulgaire ; c’est qu’il protège le parti de ceux qui lui sont dévoués.

30. C’est pour justifier ta parole que tu es descendu dans ma maison, ô Bhagavat, avec l’intention de répandre la science, ô toi qui augmentes la gloire de ceux qui te sont dévoués.