Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/455

Cette page a été validée par deux contributeurs.


en s’inclinant devant lui, le solitaire lui rendant son salut, l’accueillit avec les témoignages de respect qui lui étaient dus.

49. Kardama cherchant à plaire au roi, qui, après avoir reçu les honneurs de l’hospitalité, était assis dans le recueillement, lui dit d’une voix douce, en se rappelant les avis de Bhagavat :

50. Sans doute, grand roi, ta course a pour but la protection des gens de bien et la destruction des méchants ; car tu es, [sous la forme d’un roi,] l’énergie protectrice de Hari.

51. Ô toi qui revêts, quand il le faut, les formes des divers Dieux, comme Arka, Indu, Agni, Indra, Vâyu, Yama, Dharma, Pratchêtas, adoration à toi, ô Çukla !

52. Si tu n’allais pas, semblable au soleil, parcourant l’univers monté sur ton char victorieux qu’orne une foule de pierreries, et dont le bruit épouvante les coupables ; si tu n’allais pas armé de ton arc fort et retentissant,

53. Ébranlant la terre broyée sous les pas de tes bataillons, et traînant à ta suite une armée immense,

54. Alors sans doute toutes les digues qu’a élevées Bhagavat pour contenir les classes et les conditions, seraient renversées, grand roi, par les brigands ;

55. Et l’injustice ne ferait que s’accroître, entretenue par des hommes avides et sans frein ; oui, si tu t’endormais un instant, ce monde périrait, livré en proie aux brigands.

56. Cependant je te demande, ô roi, pour quelle cause tu es venu ici ; nous accepterons ta réponse d’un cœur satisfait.


FIN DU VINGT ET UNIÈME CHAPITRE, AYANT POUR TITRE :
DIALOGUE ENTRE KARDAMA ET LE MANU,
DANS LE TROISIÈME LIVRE DU GRAND PURÂṆA,
LE BIENHEUREUX BHÂGAVATA,
RECUEIL INSPIRÉ PAR BRAHMÂ ET COMPOSÉ PAR VYÂSA.