Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/432

Cette page a été validée par deux contributeurs.


10. Les chiens, le cou tendu vers le ciel, poussaient, à diverses reprises, des cris de différente nature, tantôt comme des chants, tantôt comme des pleurs.

11. Les ânes, frappant la terre de leurs sabots aigus, se répandaient en troupes de tous côtés, furieux et brayant avec violence.

12. Effrayés par la voix de l’âne, les oiseaux tombaient de leurs nids en criant, et les troupeaux laissaient aller leurs excréments dans le parc et dans la forêt.

13. Les vaches épouvantées donnaient du sang au lieu de lait ; il pleuvait du pus des nuages ; les statues des Dêvas versaient des larmes ; les arbres tombaient, quoiqu’il ne fît pas de vent.

14. On voyait s’avançant contre les planètes et les constellations de bon augure, d’autres astres enflammés, qui, dans leur course rétrograde, les attaquaient et se combattaient les uns les autres.

15. À la vue de ces grands prodiges et d’autres semblables, les créatures qui, excepté les fils de Brahmâ, en ignoraient la cause, effrayées, crurent que la destruction de l’univers était prochaine.

16. Les deux chefs des Dâityas, dont la vigueur se produisit tout d’un coup au dehors, acquirent bientôt un corps aussi dur que la pierre, semblables à deux Rois des montagnes.

17. Touchant au ciel avec leurs aigrettes d’or, remplissant les points, de l’horizon, portant à leurs bras des anneaux étincelants, ébranlant la terre sous leurs pas, ils se tenaient debout, les reins entourés d’une belle ceinture qui surpassait en éclat le soleil.

18. Le Pradjâpati leur imposa ainsi leur nom : le premier des deux jumeaux qui provenait de son corps, fut celui que les hommes nomment Hiraṇyakaçipu ; celui que Diti mit au monde le premier, fut Hiraṇyâkcha.

19. Fier de la vigueur de ses bras, et, grâce à la faveur de Brahmâ, ne redoutant pas la mort, Hiraṇyakaçipu réduisit en esclavage les trois mondes avec leurs Gardiens.

20. Hiraṇyâkcha, son jeune frère, qui l’aimait et qui chaque jour s’efforçait de lui plaire, alla dans le ciel, une massue à la main, avide de combattre, et cherchant la guerre.