Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/424

Cette page a été validée par deux contributeurs.


couvert des gouttes de pluie tombant des guirlandes de perles suspendues à son parasol blanc comme la lune, et agitées par le vent favorable de deux éventails brillante comme deux cygnes.

39. Sa belle figure exprimait la bienveillance pour tous ; asile des qualités les plus aimables, il touchait le cœur d’un seul de ses regards affectueux ; accompagné de Çrî, qui brillait sur sa large et noire poitrine, il embellissait en quelque sorte sa démettre, qui est le joyau du ciel.

40. Sur son vêtement jaune, qui enveloppait ses larges formes, étincelait une ceinture et unie guirlande de fleurs des bois autour de laquelle bourdonnaient les abeilles ; des bracelets couvraient la partie antérieure de ses beaux bras ; une de ses mains reposait sur l’épaule du fils de Vinatâ, de l’autre il agitait un lotus.

41. Son visage était embelli par un beau nez, et par des boucles d’oreilles en forme de makara plus brillantes que l’éclair, digne ornement de ses joues ; il portait une aigrette de pierreries ; dans l’espace qui existait entre ses bras nombreux brillait un beau et ravissant collier, avec le joyau Kâustubha qui pendait à son cou.

42. Quand les sages virent le Dieu qui a pris un corps pour moi, pour Bhava et pour vous, cet Être riche de beauté, duquel ses serviteurs pensent dans leur esprit : « Oui , le sourire orgueilleux d’Indirâ (Lakchmî) disparaît à la vue de tant de perfections, » alors ils le saluèrent avec joie, en inclinant la tête, sans que leurs regards pussent se rassasier de le voir.

43. Le vent chargé du parfum de la Tulasî mêlée aux filaments du lotus des pieds du Dieu dont les yeux sont comme le nymphéa, parvenant jusqu’à l’odorat de ces sages, portait le trouble dans leurs sens et dans leur âme, malgré le profond dévouement qui les unissait à l’Être inaltérable.

44. Après avoir contemplé le calice du lotus de son noir visage, et vu sur ses lèvres si belles le sourire semblable à une branche de jasmin ; après avoir reporté de nouveau leurs regards satisfaits sur ses deux pieds, asiles des joyaux rougeâtres de ses ongles, ils entrèrent dans une méditation profonde.