Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/422

Cette page a été validée par deux contributeurs.


dévouement au meilleur des immortels, repoussant Yama bien loin, éprouvent le frémissement du plaisir et ce trouble de la voix qui naît de l’émotion que leur cause l’ardeur qu’ils mettent à s’entretenir de la gloire excellente de leur maître.

26. Les solitaires ressentirent une joie extrême, lorsque soutenus par la puissance mystérieuse du Yoga, ils parvinrent pour la première fois à ce merveilleux Vâikuṇṭha, séjour du précepteur de l’univers, seul entre tous les mondes digne d’être vénéré, ce lieu divin, éclairé par les chars divers des chefs des Dieux.

27. Après avoir passé six enceintes, indifférents [à ces merveilles], les solitaires virent, à la porte de la septième, deux Dêvas qui étaient du même âge, armés tous deux d’une massue, et dont le costume était embelli par les aigrettes, les pendants d’oreilles et les anneaux les plus riches.

28. De leur cou descendait une guirlande de fleurs des bois, couverte d’abeilles enivrées, et qui venait tomber entre leurs quatre bras noirs ; leurs sourcils froncés, leurs yeux rouges et leurs narines gonflées répandaient quelque agitation sur leur visage.

29. Les solitaires franchirent cette porte à la vue des deux gardiens, sans leur rien demander, comme ils avaient franchi les autres portes dont les battants étaient d’or et de diamant ; car ils étaient de ceux qui vont partout sans être arrêtés, exempts de toute crainte parce que leur regard envisage tout sous le même aspect.

30. Mais à la vue des quatre fils de Brahmâ complètement nus, qui, quoique vieux, paraissaient n’avoir que cinq ans, et qui connaissaient la nature de l’Esprit, les deux portiers, dont les dispositions étaient contraires à celles de Bhagavat, se riant de leur éclat, leur firent l’indigne injure de les écarter avec leur bâton.

31. Repoussés, en présence des Dieux, par les deux gardiens de la porte de Hari, ces pénitents, dignes des plus grands hommages, se voyant trompés dans l’espérance qu’ils avaient conçue de contempler l’objet de leur affection, s’écrièrent tout à coup, les yeux animés et avec quelque colère :

32. D’où vous vient donc cette inégalité d’opinions, au milieu