Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/413

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE XIV.

DITI DEVIENT ENCEINTE.


1. Çuka dit : Après avoir entendu, de la bouche de Kâuçâravi, l’histoire de Hari qui avait pris la forme d’un sanglier pour sauver la terre, Vidura, ce sage ferme dans le devoir, non encore satisfait, l’interrogea de nouveau, les mains réunies en signe de respect.

2. Vidura dit : Nous avons entendu dire, ô le meilleur des solitaires, que le premier des Dâityas, qui était Hiraṇyâkcha, fut tué par Hari, dont le sacrifice est la forme.

3. Quelle fut la cause, ô Brahmane, du combat qui eut lieu entre le roi des Dâityas et le Dieu qui soutenait la terre sur l’extrémité de sa défense comme en se jouant ?

4. Mâitrêya dit : Ta question est bonne, brave guerrier ; tu as bien fait de me demander le récit des incarnations de Hari, récit qui peut délier les chaînes dont la mort enlace les hommes.

5. Grâce à cette histoire que lui avait racontée le solitaire [Nârada], le fils d’Uttânapâda, encore enfant, put mettre le pied sur la tête de Mrĭtyu et monter au séjour de Hari.

6. En effet j’ai entendu, même en ce monde, cette histoire qui fut jadis racontée par Brahmâ, le Dieu des Dieux, auquel les Dêvas l’avaient demandée.

7. Diti, fille de Dakcha, voulant avoir un fils et poussée par ce désir, eut commerce, au moment du crépuscule du soir, avec Kaçyapa son mari, fils de Marîtchi.

8. Un jour qu’après avoir fait l’offrande de l’eau à Purucha, au maître des sacrifices dont le feu est la langue, Kaçyapa était assis avec recueillement dans la salle du feu, au coucher du soleil,

9. Diti lui parla ainsi : L’amour, ô Brahmane, s’armant de son