Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/353

Cette page a été validée par deux contributeurs.


rents de pluie le parc épouvanté, les pâtres furent, grâce à Krǐchṇa, mis à l’abri sous la montagne que le Dieu soutenait comme une ombrelle en se jouant.

34. Rendant hommage aux approches de la nuit brillante des rayons d’une lune d’automne, manquant la mesure par ses chants, il était, dans ses jeux, l’ornement du cercle des femmes.


FIN DU SECOND CHAPITRE, AYANT POUR TITRE :
DIALOGUE ENTRE VIDURA ET UDDHAVA,
DANS LE TROISIÈME LIVRE DU GRAND PURÂṆA,
LE BIENHEUREUX BHÂGAVATA,
RECUEIL INSPIRÉ PAR BRAHMÂ ET COMPOSÉ PAR VYÂSA.