Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/350

Cette page a été validée par deux contributeurs.


les Yadus qui méconnurent Hari, quoiqu’il habitât au milieu d’eux, de même que les monstres de la mer ne surent pas reconnaître la lune [quand elle prit naissance au sein de l’océan].

9. Les sages même les plus pénétrants, les Sâtvatas, eux qui reconnaissent le mieux les caractères de chaque être, et qui se plaisent à demeurer dans la solitude, tous prirent celui en qui résident les créatures pour le héros des Sâtvats.

10. C’est que, pour ne pas voir son intelligence jetée dans le trouble par les discours de ceux qu’avait séduits la Mâyâ du Dieu, comme de ceux qui, suivant un autre parti, se déclaraient ses adversaires, il aurait fallu avoir l’âme confondue avec Hari, l’Esprit suprême,

11. Hari qui, après avoir montré son image aux hommes qui, pour ne s’être pas mortifiés, ne jouissaient que d’une vue imparfaite, a disparu emportant avec lui l’œil du monde.

12. C’est cette image, destinée à ses jeux mortels, qu’il revêtit lorsqu’il voulut montrer la puissance de sa mystérieuse Mâyâ ; cette image, sujet d’étonnement pour lui-même, parce qu’elle est l’asile suprême de la plus parfaite beauté, et que les membres dont elle se compose sont les ornements des ornements.

13. Lorsque, pendant le sacrifice royal du fils de Dharma, les trois mondes contemplaient cette forme qui donne la béatitude à ceux qui la voient, Brahmâ, pensaient-ils, en produisant ce chef-d’œuvre, a épuisé aujourd’hui, aux dépens de ses créations futures, toutes les ressources de son habileté.

14. À son approche, les femmes de Vradja dont l’orgueil avait été vaincu par son sourire plein d’amour et par les coups d’œil qu’il leur lançait pendant les jeux de la danse, ces femmes dont l’âme, pour le suivre, passait dans leurs regards, se tenaient immobiles, abandonnant leurs travaux commencés.

15. Cette forme, c’est Bhagavat qui l’a prise, lorsque touché de compassion pour les êtres, images de sa propre douceur, que tourmentaient d’autres hommes qui sont aussi son image, celui qui dispose de l’existence supérieure et inférieure, s’unissant au principe