Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/339

Cette page a été validée par deux contributeurs.


19. L’Être qui prend tant de formes voulut parler : et de sa bouche sortit le feu, la voix, et la parole qui dépend de l’un et de l’autre ; mais l’extinction [de la voix] naquit bientôt dans son gosier,

20. Le mouvement répété de la respiration divisa les narines ; le vent, véhicule des odeurs, y parut avec l’odorat qui prit naissance dans le nez, quand le besoin de flairer se fit sentir.

21. Tout était obscur dans l’Être primitif ; il voulut se voir lui et les choses : et les yeux s’ouvrirent, et le soleil y prit place avec la vue qui perçoit l’attribut de la forme.

22. Réveillé par le son des Vêdas, il voulut saisir la cause de son réveil : et les oreilles s’ouvrirent, et les divers points de l’espace y entrèrent avec l’ouïe, qui perçoit l’attribut du son.

23. Il voulut percevoir la rudesse, le poli, la légèreté, la pesanteur, la chaleur et le froid des corps : et la peau prit naissance, et à sa surface naquirent les poils et les montagnes ; le vent, avec l’attribut tangible que perçoit la peau, l’enveloppa à l’extérieur comme à l’intérieur.

24. Le désir de faire des actions diverses souleva ses mains : et Indra vint s’y placer avec là force, et avec l’action de prendre en qui résident à la fois Indra et la force.

25. Il voulut se diriger vers l’endroit où son désir l’entraînait : et les pieds parurent ; c’est, en effet, au moyen des pieds que les hommes exécutent, avec des cérémonies, le sacrifice qui est Yadjña lui-même.

26. Il désira des enfants, le plaisir et l’immortalité : et l’organe de la génération s’ouvrit, et le sens de cet organe y parut avec le plaisir de la jouissance en qui résident [le Dieu de l’organe et le sens].

27. Il voulut se débarrasser du résidu des substances contenues dans son corps : et les organes excrétoires s’ouvrirent, puis vinrent s’y placer le sens de ces organes, Mitra, et l’émission même en qui résident [le Dieu de l’organe et le sens].

28. Voulant sortir du corps qu’il habitait pour aller dans d’autres corps, il poussa au dehors sa respiration : et la porte du nombril