Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/267

Cette page a été validée par deux contributeurs.


posant avec une dévotion exclusive son âme dans Adhôkchadja, se retira de ce monde.

34. L’Être incréé abandonna ce corps dont il s’était servi pour débarrasser la terre du fardeau qui l’accablait, comme on se sert d’une épine pour en arracher une autre ; car l’un et l’autre étaient également indifférents aux yeux du souverain Seigneur.

35. Tout comme il sut revêtir et abandonner diverses formes, celle d’un poisson et tant d’autres, semblable à un acteur [qui prend et quitte tour à tour de nouveaux déguisements] ; de même il fit disparaître ce corps avec lequel il avait détruit le fardeau de la terre.

36. Lorsque Mukunda, Bhagavat, dont l’excellente histoire est si digne d’être entendue, quitta cette terre, enlevant avec lui son corps, de ce jour, parut après lui Kali qui, pour les hommes dont l’intelligence n’est point attentive, est la cause du vice en ce monde.

37. S’apercevant que Kali assiégeait son royaume, sa capitale, sa maison, enfin son propre cœur, en établissant partout l’empire de la cupidité, de l’injustice, de la fraude, de la haine et des autres vices, le prudent Yudhichṭhira prit son vêtement pour partir.

38. Le monarque sacra dans Hâstinapura, comme souverain de la terre dont les eaux forment la ceinture, son petit-neveu, le sage Parîkchit, qui ne lui était pas inférieur en vertus.

39. Il établit ensuite, à Mathurâ, Vadjra en qualité de roi des Çûrasênas, et célébrant le sacrifice où l’on abandonne tout son bien, il but les [cendres, restes des] feux sacrés.

40. Là renonçant aux vêtements précieux, aux bracelets et à toutes ses richesses, sans orgueil, sans égoïsme, affranchi de tous les liens de ce monde,

41. Il absorba sa parole [et ses sens] dans son cœur, son cœur dans le souffle aspiré, ce dernier dans le souffle expiré, celui-ci avec le mouvement de l’émission dans la mort, la mort enfin dans la réunion des cinq éléments.

42. Le solitaire ramenant les cinq éléments aux trois qualités, et celles-ci à l’unité de leur principe, anéantit ce principe, avec le tout qu’il constitue, dans l’esprit, et l’esprit dans Brahma, l’être immuable.