Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/251

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE XIII.

DISCOURS DE NÂRADA.


SÛTA dit :

1. Vidura, dans son voyage aux étangs sacrés, ayant appris de Mâitrêya le moyen de faire son salut, se rendit à la ville d’Hâstinapura, content d’avoir ainsi obtenu ce qu’il désirait connaître.

2. À chaque question que le guerrier (Vidura) avait adressée à Kâuçârava (Mâitrêya), sentant naître en lui une dévotion exclusive à Gôvinda, il avait obtenu une réponse satisfaisante.

3. À l’arrivée de leur parent, le fils de Dharma et ses jeunes frères, ainsi que Dhrĭtarâchṭra, Yuyutsu, l’écuyer (Samdjaya), Çâradvata (Krĭpa), Prĭthâ,

4. Gândhârî, Drâupadî, Subhadrâ, Uttarâ, Krĭpî, les épouses des parents de Pâṇḍu, et les autres femmes de la famille accompagnées de leurs enfants, tous allèrent à sa rencontre avec joie, comme les organes d’un corps que vient ranimer le souffle de la vie.

5. L’ayant accueilli comme il convenait y en le saluant et le serrant dans leurs bras, ils versèrent un torrent de larmes, émus à la pensée de leur longue séparation ; le roi lui offrant un siège et des serviteurs, lui rendit les honneurs qui lui étaient dus.

6. Quand Vidura eut pris son repas et se fut reposé, assis sur un siège commode, le roi s’inclinant avec respect, lui adressa la parole au milieu de ses parents qui écoutaient.

7. Eh quoi ! vous vous souvenez de nous qui croissions à l’ombre de vos ailes, quand vous nous sauviez avec notre mère d’une foule de dangers, tels que l’incendie et le poison !

8. Comment avez-vous vécu tandis que vous parcouriez le monde ?