Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/234

Cette page a été validée par deux contributeurs.


taire, fut exposé par Bhîchma d’une manière approfondie, et conformément aux Itihâsas conservés dans les histoires variées.

29. Pendant qu’il enseignait la loi, arriva l’instant désiré par le Yôgin qui dispose à son gré de ses derniers moments, lorsque le soleil dirige sa course vers le nord.

30. Alors le héros, qui avait commandé des milliers de guerriers, retenant sa voix, déposa, sans fermer les yeux, son cœur libre de tout attachement dans le sein de Krĭchṇa, d’Âdipurucha (le premier Esprit), qui se tenait en face de lui, avec quatre bras et couvert de vêtements lumineux de couleur jaune.

31. Délivré de ses maux par cette pieuse confiance, guéri bientôt, par le regard du Dieu, de l’épuisement du combat, soustrait au trouble causé par les mouvements divers des sens, il chanta les louanges de Djanârdana (Vichṇu) en abandonnant son corps.

32. Bhîchma dit : J’ai fixé ma pensée libre de tout désir sur Bhagavat, le héros des Sâtvatas, qui, détaché de la pluralité, se repose dans sa propre béatitude, et qui, quelquefois, s’unit à la Nature pour se livrer à ces jeux d’où naît la succession des êtres.

33. Puissé-je éprouver un amour désintéressé pour l’ami de Vidjaya (Ardjuna) dont les trois mondes aiment le corps noir comme le Tamâla (Xanthocymus pictorius), couvert de purs vêtements dorés comme les rayons du soleil, et le visage aussi beau que le lotus, entouré des boucles d’une épaisse chevelure !

34. Puisse mon âme être en Krĭchṇa, dont la cuirasse resplendissante et dont le corps portaient l’empreinte de mes flèches acérées, alors que, dans le combat, son visage brillait des gouttes de sueur tombées de sa chevelure flottante et jaunie par la poussière que soulevaient les coursiers !

35. Puissé-je éprouver de l’amour pour l’ami de Pârtha (Ardjuna), lui qui, à l’instant où il entendit la voix de son ami, conduisant et arrêtant son char entre les deux armées rivales, destinait à la mort, par son regard, les guerriers défenseurs de son ennemi [Duryôdhana] !

56. Puissé-je éprouver de l’amour pour les pieds de cet Être su-