Page:Bulletin du comité historique des arts et monuments, volume 1, 1849.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 94 —

deux piliers, d’abord une baie romane longue et étroite, puis deux arcades simulées à plein cintre qui s’appuient au centre sur une colonne à chapiteau roman. Le fût de la colonne, n’atteignant pas le sol de l’église, porte sur un massif qui peut servir de banc.

Bulletin du comité historique des arts et monuments, volume 1, 1849 - Arcades de l'église d’Autry-Issard.png

3° Le clocher (pl. II) paraît, jusqu’à la base de la flèche, avoir été élevé en même temps que le portail. La flèche, tout en pierre, avec une baie à la base quadrangulaire, pourrait dater de la fin du xiiie au commencement du xive siècle. Le clocher se compose de deux étages : à l’étage supérieur se trouvent deux baies géminées romanes, inscrites dans une arcade principale, également romane, et soutenues par une colonne centrale. Une petite rosace pleine et en relief se voit au-dessus de cette colonne dans le plein de l’arcade. Deux colonnes, s’appuyant l’une sur l’autre, décorent les angles de l’étage supérieur.

À l’étage inférieur, on remarque trois arcades en fronton ou en mitre. Les colonnes d’angles sont remplacées par des contre-forts quadrangulaires à larmiers très-bas ; ces contre-forts s’épaississent en descendant vers le sol.

La planche II présente deux absides : l’une, dans le prolongement de la nef unique, avec des contre-forts qui se terminent par une retraite en larmier ; l’autre, dans le prolongement de