Ouvrir le menu principal

Page:Boyer-d-Argens Timee-de-Locres 1763.djvu/8

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



toujours honoré dès sa tendre jeunesse, me font espérer qu'Elle daignera accepter favorablement ce témoignage de mon respectueux attachement; & qu'Elle me permettra d'apprendre au public, que j'ai été assez heureux pour mériter la protection & les bontés d'un Prince, dont les qualités exigent l'estime & l'admiration de tous les gens, qui chérissent l'honneur & la vertu. Si Vous n'aviez été, Monseigneur, qu'un simple particulier, vôtre bonté, vôtre affabilité, vôtre exacte probité, vôtre amour pour la Patrie, vôtre courage, dont vous avés donné, par vôtre intrépidité, tant de marques dans plusieurs batailles, vous attireroiens tous les cœurs: