Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quoi qu’en puissent penser les railleurs, existe encore. Il est seulement un peu plus « noble faubourg » qu’autrefois, par réaction. Parmi les femmes qui le composent, telle qui habite un second étage de la rue de Varenne et qui s’habille tout simplement, comme une bourgeoise, faute d’argent, déploie un orgueil égal à celui de la Grande Mademoiselle à traiter de grimpettes les reines de la mode et du Paris élégant. Cette élégance même dont on proclame la vulgarisation en disant : « aujourd’hui tout le monde s’habille bien, » demeure, elle aussi, un privilège. A quelque point de vue que l’on se place, de fond ou de forme, de principe ou de décor, la prétendue confusion des classes, objet ordinaire des dithyrambes ou de la satire des moralistes, n’apparaît telle qu’à des yeux superficiels. L’aristocratie de titres et celle des mœurs, — elles sont deux, — restent fermées autant, sinon plus, qu’au siècle dernier où un simple talent de causeur permettait à un Rivarol, à un Chamfort, de souper avec les meilleurs des gentilshommes, où le prince de Ligne traitait l’aventurier Casanova, où les grands seigneurs préludaient à la nuit du Quatre Août par d’autres nuits d’une licence impurement égalitaire. Ce