Ouvrir le menu principal

Page:Bourdon - En écoutant Tolstoï.djvu/93

Cette page a été validée par deux contributeurs.


devoirs de la religion orthodoxe. Un peu plus tard dans la journée, elle m’annonça son dessein d’assister, bien que nous fussions en semaine, à l’office qui devait avoir lieu ce jour-là à l’occasion de la période du carême, donc je lui dis :

— Cette harmonie si parfaite de vos deux existences, comment ne s’est-elle point prolongée dans les idées essentielles ? Et comment avez-vous pu vivre durant quarante années dans le rayonnement d’un tel génie sans en être totalement pénétrée ?

— Nous sommes d’accord à peu près sur toutes choses. Mais je comprends, vous pensez à la question religieuse ? Nous n’en parlons pas, nous gardons chacun notre croyance. Comment en serait-il autrement ? Songez à ceci. Jadis il croyait comme moi. Nous allions ensemble à l’église. Nous priions ensemble, et nous priions pour les mêmes choses. Un beau jour, il me dit : « Tout cela n’est que mensonge. Je n’irai plus à l’église. » J’ai accepté, j’ai admis, j’ai respecté ce revirement de sa pensée. Mais par quel miracle y aurais-je adhéré d’emblée ? Il avait longuement, sans