Ouvrir le menu principal

Page:Bourdon - En écoutant Tolstoï.djvu/70

Cette page a été validée par deux contributeurs.


froidement délibéré de vous frapper, hésiterait au dernier moment et suspendrait son bras, dans la crainte de tacher votre habit !…

Une fois de plus, je revins à ma question. Mais, une fois de plus, je m’aperçus bien qu’elle était indifférente à Tolstoï :

— J’entends bien, fis-je, et qui ne répudierait les batailles entre les hommes ? Mais cette guerre est un fait. Sans en rechercher les causes, sans distribuer les responsabilités, plaçons-nous devant ce fait. Il aura sa conclusion. Le progrès humain n’est-il pas intéressé à ce que cette conclusion se produise dans le sens de la civilisation, au profit de celle des deux parties qui semble, pour le moment, avoir de la fonction humaine une conception plus haute — je veux dire de la Russie ?

— Cela est égal. L’humanité, la civilisation perdront autant au triomphe de l’une ou de l’autre.

— Pourtant, que les Japonais l’emportent, il en résultera, à leur profit, dans tout l’Extrême-Orient, une prééminence certaine, qui se manifestera par une expansion de l’âme