Ouvrir le menu principal

Page:Bourdon - En écoutant Tolstoï.djvu/66

Cette page a été validée par deux contributeurs.


mier coup de canon, de celui qui a poussé, énervé, exaspéré l’adversaire, quel est le responsable ? Entre la Russie et le Japon, qui déterminera l’échelle des torts ? Sans doute, je suis prêt à convenir que, si la Russie a, sans droit, occupé la Mandchourie, c’est sans droit aussi que le Japon prétend y intervenir, et j’accorde que le mikado n’a aucune bonne raison pour se mêler d’une affaire qui n’intéresse que la Russie et la Chine. Mais il y a la Corée, et c’est pour la Corée que les Japonais font la guerre. Si les Russes n’avaient pas montré le dessein de s’y introduire, s’il n’y avait pas là-dessous, à ce que l’on m’a raconté, des histoires d’acquisitions forestières soutenues par la cour, il est bien probable que le Japon n’aurait pas osé commencer. Et si tout ce qui a précédé la période active des hostilités était connu dans le détail, vous verriez sans doute qu’il y a lieu de faire un plus équitable partage des responsabilités.

— Vous blâmez les Russes d’avoir accaparé la Mandchourie, fis-je. Comment excuserez-vous les Japonais de s’établir en Corée ? Ils