Ouvrir le menu principal

Page:Bourdon - En écoutant Tolstoï.djvu/61

Cette page a été validée par deux contributeurs.


prépares, ou que tu l’excuses, ou que tu consentes à l’accomplir. Il n’est pas de loi supérieure à la répudiation du meurtre ! — Et quand je me suis dit cela, empereur, ministre, journaliste, soldat, plutôt que d’accepter la plus petite part de responsabilité, fût-elle infime, dans le fait de la guerre, je me révolte, et je garde, avec la conscience de mon devoir, la volonté de l’accomplir. Et, s’il dépend de moi, plutôt que de me résigner, j’abandonne aux Japonais Pétersbourg, Moscou, Iasnaïa Poliana, tout ce qu’ils exigeront !… Hélas ! qui s’avise de penser au devoir ? Qui s’avise aussi de penser à la raison ? Car il y a quelque chose de plus affligeant encore, s’il est possible, que le spectacle de la guerre, c’est le spectacle de la faillite de la raison humaine !

Le vieux maître s’exprimait avec une conviction tranquille, de sa voix douce et grave : j’imaginai que saint Paul, prêchant les Corinthiens, leur tenait des discours semblables à celui que j’entendais. Et je me rappelai cette parole de l’apôtre : « Comme il y