Ouvrir le menu principal

Page:Bourdon - En écoutant Tolstoï.djvu/346

Cette page a été validée par deux contributeurs.


c’est sa grande faute. Si elle s’était rendu compte seulement de son caractère vindicatif, elle ne se serait jamais fait d’illusions sur une paix impossible.

Je le répète, ce pauvre petit Japon est un danger formidable pour toutes les nations européennes.

Il n’est que temps d’apprendre à le connaître et de déjouer ses intrigues. Je sais qu’il est ridicule de parler du péril jaune, et pourtant je ne peux m’empêcher d’y songer.

Si l’Europe n’intervient pas, le Japon réussira d’ici peu à transformer la Chine à son image. Il faut bien se rappeler une chose : c’est que le Japon consacre plus de la moitié de ses revenus à sa marine et à son armée. Dans ces conditions, le Japon n’a d’avenir possible que dans la conquête de l’Extrême-Orient. Ce n’est qu’en plaçant en quelque sorte les autres Asiatiques sous son protectorat, ou au moins sous son influence, que le Japon peu continuer à subsister. Le Japon ne vit que pour la guerre, et c’est seulement la guerre qui lui donnera une suprématie qu’il ne peut acquérir par aucun autre moyen.

Voilà ce dont tout peuple européen qui a des intérêts en Extrême-Orient doit bien se persuader ; voilà ce que je ne cesserai de répéter, au moins comme Français.