Ouvrir le menu principal

Page:Bourdon - En écoutant Tolstoï.djvu/289

Cette page a été validée par deux contributeurs.


es-tu ? Elle m’a répondu : Je suis l’amour, le maître du ciel, et veux être l’amour, maître de la terre.

Je suis la plus puissante de toutes les forces célestes et je suis venu pour former l’État futur. (Krosby.)


On peut dire de plein droit que le royaume de Dieu est venu quand, quelque part, s’enracine le principe de la transformation de la religion de l’Église en religion universelle, raisonnable, bien que la réalisation complète de ce royaume soit infiniment éloignée de nous, parce que, dans ce principe, comme dans l’embryon qui se développe et ensuite se multiplie, est contenu déjà tout ce qui doit éclairer le monde et le posséder. Dans la vie de l’univers, les milliers d’années sont comme un jour. Nous devons travailler avec patience à cette réalisation et l’attendre. (Kant.)


Quand je te parle de Dieu, ne pense pas que je te parle d’un objet quelconque en or ou en argent, Dieu dont je te parle, tu le sens en ton âme, tu le portes en toi-même et, avec tes pensées impures et tes actes vilains, tu souilles son image en ton âme. Devant l’idole d’or que tu respectes comme Dieu, tu te gardes de faire quelque acte inconvenant et, devant l’image de ce Dieu qui est en toi, qui voit